Retour sur les Assemblées de salarié-e-s

Ces rendez-vous pris par la CGT avec les salarié-e-s furent des moments forts intéressants d’échanges, et de prises de conscience de l’intérêt de la consultation et action collective. Merci à tous les salarié-e-s qui ont répondu présents, en réalisant 1h de grève, voir plus pour certains. Ils ont pu ainsi s’exprimer, échanger entre eux, montrer leurs ras le bol, et leurs déterminations à ce que des NAO en local s’ouvrent.

Nous sommes en revanche inquiets face au constat de résignation, de démotivation, de la grande majorité des salarié-e-s, qui n’est que le résultat des politiques sociales, salariales, mesures locale, menées à ST ces dernières années. Au vu des challenges que notre entreprise doit relever, surtout sur Crolles, nous interpellons la direction afin qu’elle réponde à l’appel des élus CGT, et d’autres organisations syndicales. A l’heure où le site de Crolles déploie des chantiers, où le changement de culture industriel en est le leitmotiv, il faut que la direction, mette des actes derrières ces paroles, et qu’elle écoute plus les remontées du terrain faites par les élus. Il en va de la réussite pour le futur ! Le constat que les derniers conflits sociaux à ST, ces dernières années, sont nés ou suivis avec importance à Crolles, n’en est que preuve flagrante.

Nous CGT, serons très actifs, responsable et cohérent, pour faire entendre la voix et revendications des salarié-e-s. Nous portons déjà 3 revendications précises :

–  Les OATAMS posté-e-s ont montré un grand intérêt à la revalorisation des majorations des plages horaires du TTC « primes équipes ». Ils veulent par ce moyen, limiter la part flexible de leur salaire, qui est beaucoup trop importante, au vu des montants qu’ils perçoivent mensuellement. STOP AUX PATCHS A MULTIPLES CRITERES ! IL FAUT QUE LA PENIBILITE ET L’EXPERIENCE SOIT VALORISEES A JUSTES TITRE! Les OATAMS posté-e-s ont aussi remonté la revendication d’étendre les primes « paniers » des équipe 3&5, à l’ensemble du personnel posté-e-s (EQ 1, 2,4), afin d’avoir une harmonisation des modes de rémunérations entre équipes.
–  Pour les OATAMS Journées et I&C, nous manquons à ce jour, d’échanges constructifs pour maintenir ou faire évoluer notre revendication pour ces CSP. Nous reviendrons vers vous prochainement.

Nous CGT, avons certes des visions, analyses, et des moyens d’actions différents des autres organisations
syndicales. Nous respectons ces différences, chacun est libre de ses choix et actes. Les salarié-e-s le sont aussi. Il serait bien présomptueux de savoir quelle est la meilleure façon de faire. Nous, tout comme le patronat (point commun à noter !), nous ne croyons guère, hélas, au dialogue social. C’est pour cela que nous utilisons, lorsque la cause est méritante, juste, et que les discussions sont fermées, le rapport de force, la grève, qui, à ce jour, est le moyen le plus efficace pour gagner des droits et des avancées majeures. Notre histoire nationale ou même locale, le démontre, mais uniquement lorsque les salarié-e-s, citoyens, ne délèguent pas ce si beau pouvoir aux élus. En revanche, alors que nous ne faisons que constater l’inefficacité de ce moyen dans notre société actuelle, le patronat lui, s’en sert pour casser les droits existants et socle collectif de notre société, pour affaiblir ainsi les salarié-e-s et
accroitre leurs intérêts et profits.
Outre nos différences de choix, d’actes, nous sommes heureux de voir que la CFDT et d’autres organisations syndicales ont le même constat que nous. Nous espérons que la direction locale prenne acte de ces constats et revendications réalisés par deux syndicats majeurs de notre entreprise.
Nous CGT, ne refusons aucun dialogue, aucune rencontre, mais nous poursuivrons l’organisation d’actions avec l’appui des salarié-e-s, si la direction persiste à ne pas répondre !

Nous CGT sommes claires :
Lorsque nous voyons, les millions de bénéfices de ST, les millions de dividendes reversées aux actionnaires, les millions que rapportent les actions gratuites distribuées à une minorité, les millions en subventions publiques françaises et européennes issues de nos impôts, qui sont censées servir à développer notre industrie et à créer des emplois correctement rémunérés, ALORS…
–  NON, nous ne pensons pas que réévaluer les majorations de plages horaires de 5% pour les équipes soit incohérent et irréalisable !
–  NON, nous ne croyons pas que mettre du sens collectif dans la rémunération des OATAMS journée et I&C, afin d’apporter de l’émulation collective dans le travail, soit incohérent et irréalisable !
–  NON, nous refusons d’admettre que certains salarié-e-s est 0 % d’augmentation au vu des sollicitations, du travail réalisé par chacun et des périodes de disettes antérieurs (Chômages partiels, CP5 imposés).

NON ! NOUS ne pensons pas que les EUROS que nous demandons pour les SALARIE-E-S dans nos revendications soient incohérents et irréalisables !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.