Déclaration CGT au CSE Extraordinaire du Lundi 7 septembre

Déclaration CGT sur “Information sur la mesure complémentaire à mettre en œuvre suite à la publication du Protocole national COVID-19 du 31 août 2020 :

  • Port du masque obligatoire en salle blanche”

Suite à la diffusion du nouveau protocole national publié par le gouvernement le 31 août, la CGT note qu’il est indiqué que “la doctrine générale en matière de prévention des risques professionnels est d’utiliser les équipements de protection individuelle (EPI) en dernier recours, lorsqu’il est impossible de recourir à une solution de protection collective de nature technique (écrans physiques, espacement des postes de travail, etc.) ou organisationnelle (décalage des horaires, dédoublement des équipes, etc.) ou lorsque cette dernière ne suffit pas à elle seule pour protéger le travailleur.”.

En ce sens, la remise en œuvre des décalages horaires fin juillet 2020, suite à l’action de la CGT, répond en tous points au protocole national, “visant à fluidifier plutôt qu’à ralentir” le flux de circulation des salarié-e-s, et permettant de “limiter au maximum les regroupements et les croisements”.

La direction s’appuie sur le protocole pour rendre obligatoire le port du masque en salle blanche.

Sur cette mesure complémentaire que la direction entend imposer aux salarié-e-s, la CGT a plusieurs remarques :

-Le protocole national indique qu’une adaptation des mesures de prévention peuvent être décidées après seulement avoir mené une analyse des risques de transmission du SARS-CoV-2. La CGT note que la direction ne présente pas au CSE du 7 septembre 2020, de mise à jour d’analyse de risques et donc du document unique, pouvant justifier le port du masque obligatoire en salle blanche. Pour rappel, le port du masque est obligatoire à ST Crolles sauf en salle blanche depuis fin mars 2020. Depuis cette période, la direction et le SST ont toujours garanti qu’il n’était pas obligatoire de porter un masque en salle blanche grâce aux propriétés du flux laminaire. La CGT aimerait donc comprendre pourquoi la direction a changé d’avis sur le port du masque obligatoire en salle blanche, sauf à avouer finalement que les conditions de travail en salle blanche ne sont pas aussi sécurisées que celles communiquées depuis le début de la crise sanitaire. Cette situation serait alors une mise en danger intentionnelle des salarié-e-s par la direction depuis le début de la crise sanitaire.

-Selon le protocole national, les conditions de port du masque dépendent du niveau de la circulation du virus dans le département d’implantation de l’entreprise et des spécificités de l’activité de l’entreprise. En Isère, au 31 août 2020, le taux d’incidence pour 100 000 habitants était de 36,92, classant le département en niveau 2. Dans l’annexe 4 du protocole, pour un département classé en niveau 2, une entreprise peut déroger au port du masque obligatoire lorsqu’il n’y a pas de forte densité de personnes dans l’espace de travail (au moins 4m2 par personne) et que d’autres critères sont respectés. L’information sur les surfaces résiduelles des salles blanches CR200 et CR300 communiquée par la direction, le 20 mai 2020, indique que la condition d’une jauge à au moins 4m2 par personne afin de garantir une distance d’au moins un mètre autour de chaque personne dans toutes les directions est garantie, sauf dans certaines situations de travail pour lesquelles le masque obligatoire est déjà préconisé (formation salle blanche par exemple).

-Dans la perspective d’une confirmation par la direction de masque obligatoire en salle blanche, la CGT demande à ce que les salarié-e-s puissent bénéficier de temps de pause supplémentaire leur permettant de changer leur masque toutes les deux heures, l’environnement salle blanche et la tenue spécifique (cagoule + masque) pouvant favoriser une sudation supplémentaire et une inefficacité du masque si celui-ci devait être porté 3h à 4h tel que recommandé hors salle blanche. Par ailleurs, le masque obligatoire en salle blanche devrait s’accompagner d’un nettoyage quotidien des cagoules en contact avec les masques souillés.

-Enfin, s’il est question d’appliquer le nouveau protocole, la CGT note que de nouvelles mesures devraient être mises en place par la direction : plus de télétravail et mieux réparti dans la semaine (pas seulement les mardi et jeudi), cumul télétravail covid-19 et télétravail accord qvt, nettoyage quotidien des sols de tous les espaces de travail, désinfection régulière (plusieurs fois par jour) des poignées de porte, des rampes d’escalier, des tourniquets (T9, algeco 6000), que les combinaisons salle blanche ne se touchent pas (mettre les manches à l’intérieur de la combinaison), mise à disposition de serviettes à usage unique pour s’essuyer les mains dans les toilettes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.