COVID-19 : La CGT ST Crolles lance l’alerte sur la mise en danger des salarié-e-s du site et de la population auprès du Préfet de l’Isère et du Maire de Crolles

Plus les journées passent en France, plus les cas de contaminations progressent, les décès aussi et le virus se propage sur le territoire. Sur le site de ST Crolles, la CGT s’alarme du grand nombre de salarié-e-s ST et sous-traitant-e-s qui continuent de se côtoyer chaque jour, du haut niveau de continuité de son activité non immédiatement essentiel et vital à la population, maintenant une production de semi-conducteurs destinés pour la plupart aux smartphones, à l’automobile, et objets connectés.

Depuis le 6 avril 2020, la CGT ST Crolles a décidé d’alerter par lettres, le Préfet de l’Isère, le Maire de Crolles ainsi que les Maires des communes où résident les salarié-e-s du site industriel, sur la mise en danger de la santé publique en Isère et en Savoie, que pourrait provoquer notre site industriel.

En effet, à ce jour les mesures de protection sur le site ne sont pas encore toutes mises en oeuvre. En attendant, ce sont près de 700 salarié-e-s, ST et intérimaires, par jour, sans compter les sous-traitant-e-s, qui sont amené-e-s à se côtoyer sur le site, pouvant favoriser ainsi la propagation du covid-19.

C’est aussi par conséquence plus d’un millier de transports professionnels (collectifs et individuels) que l’activité du site génère dans le Grésivaudan, le bassin Grenoblois, et à moindre échelle sur l’ensemble de l’Isère et sud Savoie, pouvant cette fois exporter sur tous les territoires le covid-19.

Face à l’obstination des directions de ST France et ST Crolles de poursuivre le business « coute que coute », malgré nos multiples interpellations et le déclenchement le 18 mars 2020 d’une procédure de Danger Grave et Imminent toujours active à ce jour, la CGT inquiète, en appelle maintenant aux autorités du Préfet de l’Isère et du Maire de Crolles afin qu’ils prennent leurs responsabilités.

  • Au Préfet de l’Isère, nous demandons l’application du Décret no 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire », et notamment l’Art. 7 du chapitre 3 sur les dispositions concernant les rassemblements, réunions ou activités, stipulant : « Tout rassemblement, réunion ou activité mettant en présence de manière simultanée plus de 100 personnes en milieu clos ou ouvert, est interdit sur le territoire de la République jusqu’au 15 avril 2020 ».
  • Au Maire de Crolles, nous demandons de prendre un arrêté de mise en veille des unités de fabrication du site.


La CGT sollicite également tous les maires de l’Isère car leur commune ainsi que leurs administrés, des salarié-e-s de ST, car ils sont aussi concernés par le risque de propagation du virus. Nous les prions d’interpeller à leur tour le Préfet de l’Isère et le Maire de Crolles et d’appuyer nos demandes.

Nous faisons le constat depuis le 18 mars 2020 que la direction de ST ne prend des mesures de protection qu’au fil de l’eau, lorsque la CGT principalement, dénonce des situations à risque sur le site industriel. Face à cette crise sanitaire, il n’y a eu aucune anticipation, aucune prévention pour préserver la santé et la sécurité des salarié-e-s alors que l’employeur a des obligations légales.

La seule solution raisonnable et responsable est de fermer temporairement le site, tout en maintenant la présence d’un effectif réduit lié à la surveillance des installations du site industriel Seveso seuil haut. Sereinement, nous pourrions alors travailler à organiser une reprise d’activité avec des effectifs drastiquement réduits sur le site et avec toutes les mesures de prévention nécessaires pour la santé et la sécurité des salarié-e-s. Pour la CGT une reprise d’activité pourra être envisagée que lorsque la crise sanitaire sera sous contrôle des autorités publiques (matériel médical et lit d’hôpital disponibles, matériel de protection pour les salarié-e-s des activités essentielles, dé-confinement, matériel de protection pour la population –masques, tests). Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui !


Crolles, le 9 avril 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.