Communiqué de Presse – CGT ST Microelectronics Crolles : De l’argent public mais sans contreparties ni de politique sociale !

Dans le contexte de la crise actuelle, le gouvernement a choisi une politique de relance à destination exclusive des entreprises sans exigences de contreparties. Cette politique de relance est censée redynamiser l’économie en redonnant indirectement du pouvoir d’achat aux citoyen·ne·s à travers des revalorisations salariales, des embauches ou en préservant les emplois dans les entreprises en difficultés et des investissements.


Dans ce cadre notre entreprise, STMicroelectronics, touche des subventions importantes, de l’Etat, de l’Europe, mais aussi des collectivités locales à travers les dispositifs de relance, le CIR, le CICE, plans Nano 2012, 2017, 2022. (Voir quelques chiffres clefs ci-dessous)

Quelques chiffres clefs
 Plan NANO 2017 : ~400 M€ (subventions)
 Plan NANO 2022 : ~800 M€ (subventions)
 CICE : ~10 M€ / an
 Subventions R&D + CIR ST France : 2020 : 185 M€ / 2019 : 197 M€ / 2018 : 134 M€
 Entre 2009 et 2018, ST a versé aux actionnaires 5,7 fois son bénéfice cumulé (5,2 Mrd€ contre 465M€) et l’écart de salaire dans l’entreprise est passé de 54 à 222 !
 Tombée à 14€ en début de crise Covid, l’action ST en est à 28€, un vrai rallye financier…
 De 2016 à 2019, le Chiffre d’Affaires monde a augmenté de 38% ; l’effectif ST France seulement de 1%; la masse salariale a baissé de 1,4% en 2019 par rapport à 2018
 La trésorerie du groupe a atteint un niveau record en 2018 et 2019
 Les dividendes & rachats d’actions en 2019 représentent 464 M€


D’ailleurs dans le cadre du plan NANO2022, nous avons rencontré une élue de la Métro, à qui nous avons exposé la situation. Nous avons demandé à ce que soit incluses des contreparties sociales et environnementales, mais aussi un droit de regard et de contrôle sur l’utilisation des aides publiques !


Notre entreprise est florissante, malgré la crise du covid, le chiffre d’affaire semble se maintenir à un niveau très haut (entre 9.5 à 10 milliards $). Cette année, malgré la crise sanitaire, l’entreprise conserve comme chaque année sa généreuse politique de reversement de dividendes, 165 millions de $. Les usines de Crolles, de Rousset font face à un niveau record de commandes qui demande une mobilisation importante de l’ensemble des salarié·e·s. : « La charge de travail est très importante et beaucoup de services sont en tension ! Nous devons à la fois honorer les nombreuses commandes et réaliser l’agrandissement de notre outil industriel ».


Or, alors que le besoin en effectifs est criant, ST paie sa politique anti sociale de ces dernières années, tournée outrancièrement vers le capital au détriment des salarié-e-s. ST fait donc face à un turn important des effectifs sur notre site de Crolles et est directement responsable de la perte de savoirs dans notre entreprise. De plus, ST n’embauche pas non plus suffisamment pour pallier aux départs. Et dans la partie fabrication (salle blanche), on voit exploser l’utilisation abusive des contrats intérimaires (~ 28%) et CDD.
Par ailleurs, cette année, alors que le CEO communiquait partout dans la presse que ST tirait son épingle du jeu en pleine crise sanitaire, la direction a repoussé à octobre, les négociations annuelles sur la politique salariale qui auraient dû avoir lieu avant l’été ! Mais à ce jour, toujours pas de nouvelles !


Enfin, nous dénonçons également la passivité complice de l’Etat, actionnaire de référence et distributeur de beaucoup d’argent public, qui laisse le champ libre à la direction de ST de mener une politique anti sociale qui n’a et n’aura que des effets négatifs sur la politique industrielle de l’entreprise et du pays !

La CGT ST Crolles attend de pied ferme les annonces du CEO ST Jean Marc Cherry le 22/10 ! Après avoir sondé les salarié-e-s ces dernières semaines, la CGT ST Crolles n’exclut pas un appel à la grève pour dénoncer la politique sociale de ST et afin de gagner une forte augmentation générale plus que méritée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.