Campagne CGT contre la précarité chez ST Crolles : la direction de ST rappelée à l’ordre par l’inspection du travail

La CGT se bat contre l’usage abusif et illégal des contrats précaires…

En 2017, faisant le constat que la direction de ST Crolles usait de contrats précaires (CDD et intérimaires) de manière structurelle et non pas conjoncturelle comme la loi le prévoit (remplacement ou accroissement temporaire d’activité), la CGT ST Crolles décida de dénoncer cette situation abusive et illégale.

Lire le tract CGT ST Crolles datant de 2017 et s’adressant aux salarié-e-s en contrat précaire.

Depuis, la CGT n’a pas cessé de mener campagne dans les instances représentatives du personnel, dans nos communications syndicales, dans les équipes postées afin que les salarié-e-s en contrat précaire soient titularisés.

Le dialogue social avec la direction de ST ne suffisant pas, car restant sourde à la situation, la CGT a dû employer, depuis quelques mois, des moyens supplémentaires dont elle dispose en tant qu’organisation syndicale : aide juridique, inspection du travail. Notre campagne a alors commencé à porter ses fruits avec des titularisations plus nombreuses qu’à l’accoutumée.

Lire le courrier de l’inspection du travail du 4 juin 2021 adressé à la direction du ST suite au signalement de la CGT.

La CGT reste tout de même vigilante et entend poursuivre sa campagne car si titularisations il y a, le compte n’y est pas !

En effet, fin juin 2021 (sans tenir compte des contrats « vacances ») :

  • le nombre total de contrats précaires à CR200 est égal à 182 lorsque le nombre de CDI par équipe postée est compris entre 143 et 164.
  • le nombre total de contrats précaire à CR300 est égal à 156 lorsque le nombre de CDI par équipe postée est compris entre 171 et 182.

Par ailleurs, le taux de précarité en 2021 est affiché respectivement de 22,16% et de 17,42% pour CR200 et CR300, mais celui-ci est basé sur la totalité des opérateurs et techniciens.

Or, lors de son enquête de terrain, en particulier à CR200, la CGT a fait le constat que le taux de précarité est particulièrement élevé parmi la population opérateurs, dépassant largement les 50% dans certaines zones ! 

Aussi, les élu-e-s CGT du CSE tentent, depuis mai 2021, d’avoir plus d’informations et explications de la part de la direction via une réclamation (inscrite dans le code du travail). Mais, la direction fait obstruction à l’une des missions des élu-e-s, refusant de porter les questions de la CGT à l’ordre du jour du CSE.

Après plusieurs demandes, la CGT a de nouveau sollicité l’inspection du travail qui a rappelé à l’ordre la direction de ST.

Lire le courrier de l’inspection du travail du 20 juillet 2021 adressé à la direction du ST suite au nom respect des missions des élu-e-s CGT du CSE.

Pourquoi la direction de ST refuse-t-elle de porter la réclamation des élu-e-s CGT à l’ordre du jour du CSE ? Aurait-elle une situation abusive et illégale à cacher ?

Dans tous les cas, la CGT va continuer d’œuvrer à la titularisation des salarié-e-s en contrat précaire, souvent des jeunes dont le taux de chômage était de 20,9% au premier trimestre 2021. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.