NAO 2020 : Courrier intersyndical du 9 novembre

Alerte sur les mesures discriminatoires et pressions exercées pendant la grève

De : Alexandre GUET
Envoyé : lundi 9 novembre 2020 15:21
À : Alexis REROLLE; Frederic BONTAZ; Anne INIZAN; Claudie BLOT FANJON; Patrick JOUBERT; Eric GERONDEAU; ARA-UD38 UC4 (UD038)
Cc : David MAJEWSKI; Maxime SASSO; Stephane MARROCCHELLA; Fabrice ZANGARA; Serge SAHAGUIAN; Alexandre IVART; Marc LEROUX; Eric POTARD; Alexandre GUET; Brice LHOMME; Loic MILOT; Nathalie TOURNON; Cedric BONNAIME; Olivier GUILLERMIN; Alban GERMAIN; Stephane KINDT-ST; Alain POMMIER; Lysiane REY; Schehrazade ZAIDA
Objet : Alerte sur les mesures discriminatoires et pressions exercées pendant la grève

 

Bonjour,

L’intersyndicale CGT, CFDT, CAD constate depuis plusieurs jours des pratiques de managers que nous considérons comme une entrave à la liberté de chaque salarié d’exercer son droit de grève.

Nous relevons notamment des intimidations et des menaces à peine masquées quant aux évolutions salariales et promotions, des convocations individuelles de salarié-e-s par leur manager pour les interroger sur ce qu’ils/elles ont fait de leur temps de pause repas.

D’autre part, les managers nous disent, à nous élus, que la grève peut générer du stress pour les non-grévistes.

Nous vous répondons que c’est la situation de surcharge de travail et de non reconnaissance qui génère une situation de stress et de mal être pour l’ensemble des salarié-e-s. De plus, par vos méthodes d’intimidation nous considérons que c’est vous qui générez du stress auprès des salariés. Surtout en les abordant directement et individuellement sur leur poste de travail en salle blanche ou dans les bureaux puis en étant présents tout le long de leur chemin pour se rendre en grève et en notant ostensiblement le nom des présent-e-s aux rassemblements.

Par ailleurs, vous faites courir des risques aux salariés quand, par exemple, les responsables ressources humaines et direction (RH, RRH, CCRH, responsables production) prennent la responsabilité de remonter les files de voitures sur la voie publique (en période de confinement) de nuit sans dispositif de signalisation. Nous notons aussi que vous faites appel à la gendarmerie a chaque distribution d’information syndicale réalisée conformément en entrée et sortie de prise de poste, et également lors des rassemblements sur le piquet de grève qui sont réalisés sur le parking de l’entreprise.

Nous trouvons également problématique le fait que vous ouvriez de nouvelles entrées de tourniquet uniquement durant les temps de grève qui plus est avec des dispositifs COVID insuffisants (entrées qui avaient donc été fermées).

De plus, le management menace les salarié-e-s qui sortent avant la fin « normale » du poste de travail conformément aux mesures de prévention covid-19 de décalage des entrées et sorties d’équipes postées, de leur retirer 25 min de salaire s’ils rejoignent le rassemblement des grévistes sur le parking.

Madame l’inspectrice du travail, nous vous invitons à venir ce jeudi 12 novembre 2020 à 12H30 sur le site, au niveau du  lieu de rassemblement  (entrées /sorties principales aux  tentes T4 et T5) pour constater les intimidations décrites ci-dessus et interroger les salarié-e-s grévistes sur les intimidations réalisées par le management  et la direction sur les postes de travail.

Nous attendons de la part de la direction du site une intervention auprès des personnes représentant la direction ayant un comportement sortant du cadre légal.

Cordialement,

L’intersyndicale CGT, CAD et CFDT

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.