Lutte contre la précarité ! La CGT se bat pour faire titulariser des CDD et Intérimaires !

 Dès 2017 la CGT avait alerté sur la monté en puissance des contrats précaires dans nos usines. Nos craintes se sont malheureusement vérifiées années après années, avec l’instauration d’une précarité structurelle dans les usines de C200 et C300. Face à l’ampleur de la structure et des non réponses de la direction, nous engageons depuis le début d’année une lutte pour remettre de l’ordre dans cet emploi abusif et illégal des contrats précaires dans sa globalité.


Après le refus de la CFE-CGC & CFDT d’instruire un droit d’alerte social sur ce sujet, ces organisations privilégient la commission emplois et compétences de la direction, la CGT a pris acte de ce choix, et a participé activement à ces réunions.
Malheureusement nous avons fait très vite le constat que cette commission ne traite pas le fond du sujet de la précarité, le seul objectif est la communication. La direction nous présente une évolution des effectifs dans les deux usines pour répondre aux objectifs des plans de charges. Ces prévisions conservent toujours un taux très anormalement élevé de précarité, notamment pour la catégorie socio-professionnelle OPERATEURS. La CGT a donc décidé de mener un travail de fond pour traiter ce sujet. Notre objectif : proposer un plan de résorption de la précarité, et ainsi titulariser massivement les contrats précaires (cdd et intérim) qui occupent des postes pérennes ! Nous voulons aussi que le recours aux précaires réponde au cadre légal. ST Crolles, par ses montages juridiques, touche énormément d’aides issues de nos impôts ou d’exonération de cotisations sociales ! Il nous parait donc primordial que ST Crolles ait une attitude exemplaire concernant l’emploi et la politique sociale ! La CGT ST Crolles veille donc aux dérives d’optimisation de la main d’œuvre !
Cette structure de précaires fait également perdre des subventions CSE aux salarié-e-s ST Crolles !


Pour cela voici les actions que les élu-e-s CGT ont menées et mènent au quotidien:


–  Mars 2021 : Réalisation d’une enquête dans les 5 équipes de C200 pour cartographier et quantifier la précarité (% intérim dans les secteurs de production) : Le résultat est affligeant entre 50 et 70% d’intérimaires dans les secteurs, les CDI font exceptions
Avril-Mai : Réalisation d’une étude complète en analysant les emplois par CSP et l’activité depuis 2013 (étude bilans sociaux, activité, suivi effectifs, registre du personnel, offres d’emplois). A titre d’exemple entre 2013 et 2017, nous constatons la perte de 172 cdi d’opérateurs et a contrario une augmentation de +142 intérimaires sur les postes
d’opérateurs. La CFE-CGC & CFDT votent contre le droit d’alerte social. En parallèle nous apportons de nombreux éléments d’analyses à l’inspection du travail. (Etude de 45 pages disponible en cliquant ici)
28 Mai 2021 : Fautes de réponses concrètes de la direction, nous réalisons une réclamation sur un non-respect du code du travail (articles L.1251-5 & L.1242-1) concernant le recours illégal et abusif des contrats précaires (CDD et de missions intérimaires) sur les métiers d’opérateurs-trices en production, techniques et administratif. Ces articles rappellent l’usage des contrats précaires pour un employeur, qui ne doit pas avoir pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise. Le contrat à durée indéterminée reste le contrat de travail de droit commun contrairement aux contrats précaires dont l’exécution est précise et temporaire et leur motif est strictement encadré par la loi. Réclamation disponible ici.
28 Mai 2021 :Les élu-e-s CGT demande un CSE EXTRA suite à un constat de plusieurs CDD travaillant sur des parcs équipements utilisant des agents chimiques dangereux listés par décret et rappelé par l’article D4154-1 du Code du travail. Interdits aux contrats précaires (niveau formation et suivi médical renforcé obligatoire).Seul un CDI peut travailler sur ces équipements.


Depuis notre travail sérieux et l’alerte donnée à l’inspection du travail, nos actions commencent à faire bouger les lignes de la direction qui titularise des contrats précaires ! Mais face à la structure importante, nous sommes encore loin du compte, il y a de la marge! Nous sommes aussi convaincu qu’en titularisant ces précaires, le site a tout à y gagner pour accompagner: la réussite de son développement, sa performance, et redorer son image et réputation dans notre région.

Voici la lettre de l’inspection du travail à la direction de STMicro en date du 4 juin : telechargeable ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.