Schiappa dévoile les dix cancres de l’égalité hommes-femmes

Par , publié le 

Le secrétariat d’État organisait le 12 septembre une action de sensibilisation à la mixité pour dix entreprises particulièrement à la traîne. Et les bonnets d’âne vont à…

C’est ce qui s’appelle avoir le couteau sous la gorge. Venir au secrétariat d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, pour y suivre une matinée de « sensibilisation » en la matière, ou voir son nom jeté en pâture publiquement, selon la nouvelle pratique en vogue du « name and shame« . 

Les entreprises présentes ce 12 septembre, à l’invitation « forcée » de Marlène Schiappa, n’avaient pas vraiment le choix. Quoi que… Deux sociétés, Sartorius Stedim Biotech (équipements et services dans les biotechs) et Maurel & Prom (extraction pétrolière), ont préféré jouer les absentes. « Il est dommage qu’elles n’aient pas saisi la main que l’État leur tendait ce matin », a conclu Marlène Schiappa, en placardant leur nom dans les locaux qu’elle et son équipe occupent, rue Saint-Dominique, à deux pas de l’Assemblée nationale. Sous l’oeil des caméras.  

 

ST Microelectronics, Nokia, Neopost, Arcelor Mittal…

Les entreprises conviées sont celles arrivées dernières du palmarèsde la féminisation des instances dirigeantes réalisée par Ethic & Boards, un observatoire de la gouvernance des sociétés cotées (en l’occurrence, au sein du SBF 120). Un classement qui retient divers critères comme la présence de femmes dans les conseils d’administration et comités exécutifs ou de direction, la mixité dans le « top 100 », l’objectif de mixité dans la rémunération variable ou l’existence de réseaux de femmes en interne. Et qui est… public. Parmi les bonnets d’ânes: ST Microelectronics, Nokia, Neopost, Arcelor Mittal, Genfit…  

« On peut tout à fait décider de ne pas répondre à une injonction gouvernementale, estime Jean-Michel Boissière, directeur associé du cabinet Médias Coaching Communication (MC2). Mais il faut avoir des arguments crédibles pour expliquer qu’on ne se reconnaît pas dans le classement, qu’on ne reconnaît pas la pertinence de la matinée de sensibilisation pour x raisons, qu’on a conscience des enjeux et qu’on a un plan d’actions pour progresser, etc. Il faut que, le choix paraisse assumé et non par défaut. » Pour l’instant, ni Maurel & Prom et Sartorius Stedim Biotech n’ont encore réagi à leur « dénonciation ».  

Name and shame. Marlène Schiappa placarde le nom de deux sociétés à la traîne en matière d'égalité hommes-femmes sur les portes des locaux de son secrétariat d'Etat, rue Saint-Dominique à Paris.

Name and shame. Marlène Schiappa placarde le nom de deux sociétés à la traîne en matière d’égalité hommes-femmes sur les portes des locaux de son secrétariat d’Etat, rue Saint-Dominique à Paris.

L’Express

La peur de la sanction

Marie Donzel, à la tête du cabinet Donzel et Compagnie, qui assurait la matinée de sensibilisation, insiste sur le fait de ne pas « jeter la pierre à toutes les entreprises affichant de mauvais résultats ». « Dans certains secteurs, il n’y a globalement que 15 ou 20% de femmes, c’est un sujet qui dépasse l’entreprise. Pour autant, celle-ci doit aussi se responsabiliser et initier des plans d’actions pour progresser. » 

LE COMPLEMENT >> Discrimination chez Accor et Courtepaille : « le name & shame force à réagir » 

La complexité à promouvoir la diversité managériale, quand la masse des effectifs est, au global, très masculine, est un argument avancé par Marc Charrière, directeur des affaires publiques chez Nokia. S’il a fait le déplacement, c’est clairement par peur de la sanction. Le dirigeant glisse néanmoins que, selon lui, Ethics & Boards n’a pas pris en compte l’existence d’un réseau de femmes au sein de Nokia, et que, dans le prochain classement, une fois l’erreur rectifiée, « Nokia gagnera vingt places ». 

Marc Charrière n’a pas pour autant trouvé la formation inintéressante. Mais regrette qu’elle se soit adressée à si peu d’entreprises.  

« L’entreprise doit apporter une plus-value sociale »

Quel aura été le discours tenu aux « heureux élus » durant ces quelques heures? « Mon message est toujours de dire aux entreprises considérant que le sexe de la personne n’a pas d’importance tant qu’elle a les compétences requises pour le poste, qu’elles sont sclérosées dans une pensée en fin de parcours, explique Marie Donzel. L’entreprise s’inscrit dans un contexte démocratique. Elle doit ainsi agir à l’épanouissement des individus, apporter une plus-value sociale. »  

Un discours illustré de manière pragmatique en fin de cession par les témoignages de L’Oréal, Carrefour et Gécina (immobilier), sociétés félicitées d’ailleurs par Marlène Schiappa pour leur « comportement exemplaire ». La secrétaire d’État qui a pointé la responsabilité des employeurs (entre autres) dans les inégalités professionnelles persistantes: « La conviction doit partir du plus haut niveau pour être impulsée à tous les échelons », a-t-elle martelé. Avant de citer Emmanuel Macron à la tête d’En Marche, qui avait « passé commande » pour des listes paritaires…  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.