MOBILISATION ST MICROELECTRONICS : ACTE I – PRIME MACRON

Depuis plusieurs semaines, le pays est secoué par une mobilisation sociale inédite des « gilets jaunes ». Contre tous les pronostics et malgré une propagande du gouvernement visant à discréditer ce mouvement, la mobilisation perdure et se renforce.

A l’origine de ce mouvement, une taxe sur les carburants, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase d’un ras le bol général. Au fil des semaines, les revendications des gilets jaunes se sont affinées et ont révélé notamment un problème de pouvoir d’achat, que le pouvoir exécutif, et surtout le patronat, feignent d’ignorer.

Ce problème de pouvoir d’achat est avant tout un problème de salaire, issu notamment d’une inégale répartition des richesses produites par le travail !

  • Chez ST, en 2018, la politique salariale a été de 2% pour les I&C, de 2,3% pour les OATAM et de 35% pour la direction. L’inflation a été de 1,6% et la revalorisation du PMSS (plafond mensuel sécurité sociale) a été de 2,1%. Alors bonne augmentation pour les salarié-e-s ?
  • D’un autre côté, toujours chez ST, notre nouveau PDG dès sa désignation a bénéficié de 100 000 actions gratuites sans avoir fourni aucun travail dans ses nouvelles fonctions. Par ailleurs, le niveau des dividendes versés aux actionnaires s’élève à 215 M$ en 2018, et en 2019, les cadeaux semblent se poursuivre. Notre direction lance un programme de rachat d’actions pour un montant max de 750 millions de dollars sur une période de 3 ans, qui profitera en majorité comme d’habitude à une minorité de personnes déjà bien aisée (JG >15, Managers, SHOMM, Chefs équipes, Top management) !
  • En 2018, les entreprises du CAC40, dont ST fait partie, ont distribué 57,4 milliards aux actionnaires.

L’inégale répartition des richesses produite par le travail, existe belle et bien à ST !

La mobilisation des gilets jaunes a poussé le Président de la République a annoncé un certain nombre de mesures, plutôt tours de passe-passe, dont la fameuse « prime Macron » de 1000€ à verser par les entreprises volontaires (voir modalités au verso). Toutes les organisations syndicales ont demandé à la direction de ST que cette « prime Macron » soit versée aux salarié-e-s. Mais la direction, avec mépris, a refusé catégoriquement de verser cette prime et promet à la place un tour de passe-passe également, avec un supplément (soit un Booster) à la prime d’intéressement qui s’annonce d’ores et déjà décevante avec le nouveau calcul de l’accord triennale. Pour la CGT, mieux vaut une augmentation de salaire qu’une prime, mais le refus de la direction à verser la « prime Macron » n’est pas acceptable pour autant.

ST Microelectronics est une entreprise du CAC40 faisant d’importants bénéfices et distribuant beaucoup de dividendes. L’Etat est actionnaire de l’entreprise. ST reçoit près de 200 millions d’aides par an (dont 43 M€ de CICE en 2018), issus de nos impôts et encore de nombreuses aides vont arriver prochainement. L’enfumage politico-patronal n’a que trop duré, surtout qu’il n’apporte rien ni aux salarié-e-s, ni en embauches durables ! En convergence avec les gilets jaunes qui expriment une colère légitime, exprimons maintenant la colère légitime des salarié-e-s : ST doit redistribuer plus équitablement les richesses créées par notre travail d’abord sous forme d’augmentations de salaire significatives et dès maintenant en versant la « prime Macron » de 1000€ pour tou-te-s.

ACTE 1 : SALARIE-E-S DE ST ! OCCUPONS LE ROND-POINT DEVANT ST CROLLES !

RASSEMBLEMENT LUNDI 21 JANVIER DE 12H à 14H avec médias et autres OS conviées !

Ce rassemblement sans grève se fera sur votre pause déjeuner pour le personnel journée, avant ou après votre Shift pour les équipes postées 1&2 et pour les autres équipes, nous comptons sur votre présence pour montrer votre mécontentement et aussi débattre TOU-TE-S ensemble sur ce manque de reconnaissance chronique !

Modalités légales « prime Macron »

ST Microelectronics, une entreprise pas si extraordinaire…

Des entreprises jouent le jeu et versent la « prime Macron » à leurs salarié-e-s, mais ST fidèle à elle-même persiste à poursuivre sa politique sociale au rabais. Entreprises Versement « prime Macron » Bénéfices 2017 (en M€)
POMA 1 500 € 13,8
KLESIA entre 300 et 900 € 29,3
LACTALIS 500 € 80
SOITEC entre 300 et 1000 € 86,4
RATP entre 200 et 400 € 132
VEOLIA 500 € 401,6
ILIAD (FREE) 1 000 € 405
Aéroport De Paris (ADP) entre 250€ et 1000 € 571
DASSAULT 750 € 709
ST MICROELECTRONICS Zéro !!! 802 (M$)
ESSILOR entre 600 et 800 € 833
LA POSTE entre 200 et 300 € 851
PUBLICIS 1000 € 862
SNCF entre 200 et 400 € 1 330
MICHELIN entre 250 et 750 € 1 700
ORANGE entre 500 et 1000 € 1 900
ENGIE 600 € 1 940
TOTAL 1 500€ 8 360 (M$)

Modalités légales « prime Macron »

La prime peut être attribuée par l’employeur à l’ensemble des salariés ou à ceux dont la rémunération est inférieure à un plafond. Pour les salariés ayant perçu en 2018 une rémunération inférieure à trois fois la valeur annuelle du salaire minimum de croissance calculée pour un an sur la base de la durée légale du travail, la prime bénéficie de l’exonération d’impôt sur le revenu, de toutes les cotisations et contributions sociales d’origine légale ou conventionnelle, dans la limite de 1 000 € par bénéficiaire.

Son montant peut être modulé selon les bénéficiaires en fonction de critères tels que la rémunération, le niveau de classifications ou la durée de présence effective pendant l’année 2018 ou la durée de travail prévue au contrat de travail. 

Son versement est réalisé entre le 11 décembre 2018 et le 31 mars 2019.

La prime ne peut se substituer à des augmentations de rémunération ni à des primes prévues par un accord salarial, le contrat de travail ou les usages en vigueur dans l’entreprise. Le montant de la prime ainsi que le plafond et la modulation de son niveau entre les bénéficiaires font l’objet d’un accord d’entreprise ou de groupe.

Source : loi portant mesures d’urgence économique et sociale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.